Maria Montessori, une pionnière dans la pédagogie éducative

Titulaire d’un doctorat en médecine, psychiatre et anthropologue, Maria Montessori combattait aussi pour une justice sociale et le droit des femmes. Dans la première moitié du 20ème siècle, elle fût une pionnière dans la conception de méthodes innovantes pédagogiques éducatives se basant sur l’observation et la compréhension de l’enfant. Sa méthode a évolué tout au long de vie, au gré de formations, rencontres et voyages.

Maria Montessori, nait le 31 août en 1870 à Chiaravalle près d’Ancône dans les Marches en Italie et meurt le 6 mai 1952 à l’âge de 81 ans à Noordwijk aan Zee aux Pays Bas. Elle est l’enfant unique d’une famille catholique et bourgeoise avec un père strict. Elle vient vivre à Rome avec ses parents à l’âge de 5 ans.

Passionnée par les sciences, vive et intelligente, elle se lance dans des études de médecine à la faculté de Rome. De telles études étaient jusque-là réservées aux hommes. Très déterminée à poursuivre dans cette voix, elle ira demander l’aval du Pape.

En 1896, à 26 ans, elle devient l’une des premières femmes médecins en Italie. Un an plus tard, adjointe à la clinique psychiatrique de Rome, elle se spécialise dans les enfants avec des « retards mentaux ». À l’époque, ces enfants étaient mis à l’écart dans des asiles sans recevoir aucun soin. Cette situation l’émeut particulièrement et sera un élément déclencheur dans le fondement de sa méthode.

Ses travaux s’appuient sur ceux de deux grands médecins-éducateurs français : Jean Itard et Edouard Seguin. En 1907, dans la première « Casa dei Bambini », Maria Montessori créera un véritable laboratoire de recherche pédagogique avec les enfants démunis dont elle a la charge. Cette expérience sera à l’origine de la « pédagogie Montessori ».

Maria Montessori a vécu pendant les deux guerres mondiales. Elle s’est réfugiée dans de nombreux pays comme les Etats-Unis, l’Espagne, l’Angleterre, les Pays-Bas, ou encore l’Inde. Dans chacun de ces pays, elle continue d’observer les enfants et évalue leurs besoins. Ce travail à l’échelle planétaire confère un caractère universel à sa méthode.

En 1937, elle proposera la fondation du Parti Social de l’Enfant, qui s’appuie sur le rôle de l’éducation pour rendre à l’enfant justice, harmonie et amour.
« L’éducation est une arme de paix. », « L’éducation des jeunes enfants est essentielle pour l’amélioration de la société. » — Maria Montessori

En 1949, Maria Montessori, recevra trois ans avant sa mort la légion d’honneur par Léon Blum.